Liste des notes de lecture des romans et autres ouvrages traduits

Une femme fuyant l'annonce

David Grossman – Le Seuil
(traduction Jacqueline Odin)

 Ce roman raconte l'épopée d'une mère qui part en randonnée en Galilée avec un amour d'adolescence à qui elle va raconter sa vie et celle de ses deux enfants.
Roman magnifique, très bien construit, bouleversant à bien des égards.
Tout d'abord il traite du conflit israélo-palestinien, avec les espoirs des familles, les horreurs des blessures de guerre sur les humains tant du point de vue moral que physique.
Ensuite il traite de l'amour d'une mère juive pour son fils qui s'est engagé volontairement après son service. Cette femme, Ora, ne comprend pas l'engagement de son fils, Ofer, et décide de partir de chez elle pour éviter qu'on vienne lui annoncer sa mort au combat. Elle emmène avec elle un homme, Avram, un amour de jeunesse, à qui elle va raconter sa vie et celle de ses deux fils. Elle a ainsi l 'impression qu'Ofer vit et ne peut mourir puisqu'il est présent dans ses pensées et dans ses paroles.
On apprend au fur et à mesure qu'Avram est en fait le père de ce fils mais qu'il n'a jamais voulu le voir car il a été brisé par la guerre et a refusé qu'un enfant voie ce monde; que le mari d'Ora, Ilan, était le meilleur ami de Avram, qu'ils étaient partis au service militaire ensemble. On apprend qu'Avram a été grièvement blessé, qu'il est resté plusieurs jours dans le coma, que Ilan et Ora se sont relayés tous les jours à son chevet, qu'ils lui ont tout réappris car il ne se souvenait de rien. Lorsqu' Ora évoque le jour où elle l'a retrouvé recouvert de plaies à vif, le jour où il a ouvert pour la première fois ses yeux, le jour où il lui a avoué qu'il ne se souvenait de rien, ce sont des passages poignants car ils affleurent les sentiments de compassion, de gêne, de chagrin, de culpabilité et d'amour.
Car l'amour est omniprésent dans ce roman : outre l'amour filial, il y a celui d'Avram pour Ora qui existe depuis le premier jour de leur rencontre et qui n'a pu aboutir car Ora a choisi Ilan.
Les sentiments, la guerre : on est pris par l'histoire qui paraît d'autant plus vraie que l'auteur a perdu son fils aîné au combat pendant l'écriture du livre ! Anne T.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Additional information