Liste des notes de lecture des romans et autres ouvrages traduits

Indignation

Philippe Roth - Gallimard
(traduction Marie-Claire Pasquier)

  Philip Roth revient, de façon étonnante, sur une période trouble et peu connue de l'histoire des Etats-Unis.
Indignation est le récit analeptique du jeune Marcus Messner, mort en Corée à 19 ans.

L'information est rapidement donnée - « ...même mort comme je suis, [...] j'essaie de reconstruire les mœurs qui régnaient sur ce campus... » - dévoilant l'argument du roman ; dès lors le lecteur est pris dans une tension permanente jusqu'à la tragédie finale.
Ce récit d'outre-tombe revient sur la vie de ce jeune-homme élevé dans une famille juive d'un quartier juif, au milieu des cadavres saignants de la boucherie kascher de son père, dans laquelle il travaillait aussi ; la mort fait partie intégrante de sa vie depuis son plus jeune âge.
Libre penseur, disciple de Bertrand Russel, Marcus se heurte à la morale rétrograde, conservatrice, bien-pensante et hypocrite de son université, faisant de lui une espèce d'étudiant associable. Il se remet sans cesse en question et tente de dépasser l'étiquette qu'on lui colle, celle du gentil juif bien éduqué, bon élève qui ne fait pas de vagues. Il pense que c'est grâce à ses études, en partie, qu'il pourra devenir un homme libre ou tout du moins essayer.
La rencontre avec Olivia Hutton, une jeune étudiante suicidaire et psychologiquement instable qui lui taille une pipe dans la voiture d'un camarade, le perturbe. Pour la première fois Marcus est confronté au plaisir et à une personne différente de lui en tout point. Cet épisode, tout en le fragilisant davantage, lui permet de rompre un peu plus le moule dans lequel il a grandi et celui dans lequel Winesburg tente de l'enfermer.
Indignation aurait pu s'appeler Va te faire foutre, devise qu'il répète à plusieurs reprises au doyen des étudiants Caudwell, apôtre fanatique de la morale bienpensante.
C'est un roman sur l'indignation qui met le doigt sur une certaine Amérique et sur le modèle qu'elle proposait dans les années 50, mais le livre nous rappelle que ce spectre angoissant de l'obscurantisme est encore très présent aujourd'hui, comme s'il s'agissait d'une malédiction.
Philip Roth nous livre des scènes d'une justesse incroyable qui sont capables de toucher le lecteur, par leur aspect naturaliste (la vie de la famille Messner et l'apprentissage du métier de boucher) ou de le révolter (la harangue de Marcus contre le doyen Caudwell et ce qu'il représente).
Ce roman corrosif et noir, dans lequel l'humour nous permet de prendre une certaine distance, est un appel à la révolte raisonnée, à l'émancipation de la libre pensée, mais c'est aussi un plaidoyer pour la différence qui nous engage à prendre en main notre destin !
Une maîtrise prodigieuse de la narration ! Un petit bijou ! Frédéric A.A.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Additional information