Notes de lecture des romans francophones

Pas pleurer

Lydie Salvayre - Seuil

Le roman de Lydie Salvayre trouve aujourd’hui une étrange résonance… Cette fille d’immigrés espagnols fait revivre l’époque de la guerre d’Espagne, en 1936, vue à la fois pas Georges Bernanos, totalement indigné par les atrocités des franquistes, (ce qui lui inspirera Les cimetières sous la lune en 1938), et par Montse, sa mère, une « mauvaise pauvre » qui vécut au coeur de cette bataille fratricide et n’a conservé dans sa mémoire que ces moments exceptionnels et douloureux.

Il y a dans ce roman une profonde révolte, contre la barbarie des franquistes qui n’a rien à envier à ce qu’on dénonce aujourd’hui, barbarie qui va gangréner leurs opposants eux-mêmes, et surtout qui sera pudiquement couverte par les autorités religieuses de l’époque ! Il y a aussi beaucoup de tendresse pour cette mère qu’elle fait parler dans une sorte de patois hispano-français, déroutant au début du livre, puis auquel on s’habitue au fil des pages. Dommage que Lydie Salvayre intègre dans son roman des pans entiers de texte en espagnol sans traduction, ce qui s’avère assez curieux pour un roman récompensé par le Goncourt…

Cette frustration mise à part, Pas pleurer est un cri de révolte qu’il faut lire, en gardant en perspective les évènements qui viennent de se produire en France, et qui malheureusement nous rappelle que l'histoire se répètant, on peut se poser beaucoup de questions sur le fond de la nature humaine ! Jean-Claude T.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Additional information