Notes de lecture des romans francophones

Le royaume

Emmanuel Carrère - P.O.L

En abordant un sujet aussi grave et aussi personnel, Emmanuel Carrère, qui nous avait habitués à nous promener dans les méandres de sa vie intime, propose avec Le royaume un roman à la fois autobiographique et historique. Faut-il d’ailleurs appeler ce livre « roman »? L’auteur nous livre avant tout une introspection qui part de sa période mystique, exposée dans une longue première partie,

pour aller fouiller dans toute la documentation livrée par les historiens et exégètes afin de reconstituer et d’expliquer en la démystifiant la naissance du christianisme.
Ce livre m’a à la fois agacé et passionné. Agacé par ce qu’à la mode Carrère, on passe sans cesse, avec de brutaux contrastes, de l’histoire de Paul, Luc, Marc et les autres, à ses propres obsessions, ses souffrances ou ses plaisirs, de façon très prosaïque et parfois incongrue, voire provocante. Il nous parle de ses vacances, de l’écriture de ses précédents romans, ou de son intérêt pour les sites pornos entre deux épisodes concernant Marie ou les apôtres. Pour des lecteurs qui ne sont pas dans sa tête, le lien est tellement transparent qu’il devient invisible. Les grands auteurs se sont souvent racontés (Proust, Gary et bien d’autres), mais le mélange des genres dans ce livre donne l’impression de se promener sur une mer très agitée…

Mais cet ouvrage est aussi passionnant. Car il a le mérite de reconstituer (en la romançant, d’où peut-être la justification du « roman »), toute l’histoire de la création du christianisme autour du personnage central de Paul. Les images d’Epinal que la religion véhicule encore au 21ème siècle sont largement démystifiées, les intrigues, complots, trahisons qui ont opposé les personnages de l’époque, notamment sur les dogmes et les interprétations, sont de véritables batailles politiques et humaines guère plus reluisantes que nos affrontements politiques actuels. La vérité historique est remise au cœur du débat, et Emmanuel Carrère a souvent dans son texte l’honnêteté de dire : « à partir de tel fait avéré, j’ai imaginé la scène… », faisant ainsi la part de réel  et du roman.

Ce livre peut déplaire, passionner… voire les deux à la fois. Pour qui ne connaît pas la véritable histoire politique et religieuse de ce premier siècle, il apporte un éclairage essentiel sur l’histoire de la religion chrétienne, de par sa richesse documentaire et historique. L’auteur, mystique un temps, agnostique sans doute aujourd’hui, aboutit à une conclusion qui pour moi est l’un des plus forts passages du livre mais qu’il appartient à chacun de découvrir avec sa propre sensibilité. Jean-Claude T.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Additional information