Notes de lecture des romans francophones

Le quatrième mur

Sorj Chalendon - Grasset

Dès les premières phrases, on se doute que ce roman ne laissera pas indifférent, on est bousculé, embarqué dans la violence d'un terrible conflit. En 1974, Georges, l’étudiant gauchiste révolutionnaire a rencontré Samuel, Juif de Salonique pro-palestinien, poursuivi par la police de Papadhópoulos, réfugié à Paris.

Une solide amitié va souder le fougueux et révolté jeune homme en guerre contre les militants d'extrême-droite et l'homme tempéré, mûr et sage qui a connu bien d'autres guerres : une famille disparue dans les camps et lui, les geôles et le camp des colonels. Sam a un rêve, celui de monter l'Antigone d’Anouilh dans un pays en guerre, en 1982, au Liban : l'occasion de faire une trêve, pour quelques heures, avec des acteurs aussi multiples que les déchirements et divisions du pays ; Créon, maronite ; Antigone, palestinienne et sunnite ; Ismène, catholique arménienne ; la Nourrice, chaldéenne ; Hémon, Druze ; les gardes, chiites, dans un théâtre ravagé par les tirs et les bombes, semblable à un théâtre antique. Mais Sam est malade et confie la direction du projet à Georges. Chaque confession va s'approprier la pièce à sa convenance. Malgré les difficultés et les tensions, quelques concessions et infidélités à la pièce, les répétitions sont une victoire sur la guerre. Et Georges partage avec chacun d’intenses moments d'émotion, tisse des liens forts, revit la première d'Anouilh en 1944, la représentation controversée à Paris, les acteurs envahis par un sentiment d’extrême solitude sur scène, et le mur qui tombe à la fin de la représentation, le public qui ovationne... Mais Israël envahit le Liban Beyrouth est assiégée, les acteurs désertent, appelés sur d'autres front. La guerre, les tirs, les feux reviennent occuper le devant de la scène, puis les terribles images de Sabra et Chatila. Le silence et la mort anéantissent le rêve et ravagent Georges qui ne peut plus revenir mener sa vie d'avant, dans un dans un pays en paix, incapable d'exorciser les démons qui le hantent. Ce livre est une grande claque à la guerre, à toutes les guerres. Michèle K.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Additional information