Notes de lecture par auteurs

Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

Mary-Ann Shaeffer et Annie Barrows - Nil
(traduction Aline Azoulay)

 Je fuis généralement les livres vantés par des pubs au ton stéréotypé sortant tout droit d’un film de Rambo. C’est dire que je ne me suis pas précipité sur ce roman au titre pourtant assez déconcertant. Puis on me l’a prêté. Alors… Alors j’ai fait une découverte. Une galerie de personnage aussi loufoques qu’attachants, beaucoup de rires, d’émotions et de charme dans cet univers presque irréel. Nous sommes en janvier 1946, juste après la guerre sur l’île de Guernesey. Juliet, écrivain en manque d’idée, est contactée par un habitant de l’île, qui va finir par l’attirer à Guernesey, dans cette petite communauté à laquelle elle va s’attacher complètement : le cercle littéraire des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates, créé pendant l’occupation pour tromper les allemands sous le couvert d’une activité culturelle…  Mary Ann Shaffer, qui fut elle-même bibliothécaire et libraire, a écrit ce premier roman avant de mourir en 2008, juste avant sa parution. Elle nous laisse un livre drôle et émouvant, bâti sous la forme exclusive d’échange de lettres. C’est un peu déconcertant au départ, puis on s’y fait très vite, et on va jusqu’au bout avec un égal plaisir. Jean-Claude T.

L'histoire commence en janvier 1946, en Angleterre. Juliet, écrivain,  a remporté un succès avec un livre écrit pendant la guerre. A court d'idées, elle cherche un sujet pour son prochain livre. Elle reçoit une lettre d'un habitant de Guernesey qui a lu un livre de son auteur favori sur lequel figuraientle nom et l'adresse de Juliet.
C'est le début d'une correspondance entre Juliet et des habitants de Guernesey. On y apprend la vie de leur communauté pendant la période de la guerre. On s'attache à eux, comme Juliet, et tout au long du livre, on aprécie la progression de l'intrigue. J'aime l'écriture simple et raffinée de ce livre. Il n'est pas triste : l'humour est très présent, très  anglais...premier et dernier  live de cet auteur, ce qui est assez émouvant. Christine  dB.