Notes de lecture par auteurs

Retour à Killybegs

Sorj Chalendon – Grasset

 L'auteur se met avec humilité dans la peau de celui qui fut un ami, et dépasse l'incompréhension face à celui qui est devenu un traître. Il retrace le parcours d'un être malmené par son père, par la vie, par l'histoire et le combat  des catholiques d'Irlande du Nord pour leur indépendance. C'est fort et bouleversant. Ce journaliste est décidément un grand écrivain avec une grande sensibilité d'écriture. Michèle K.

Une promesse

Sorj Chalendon – Grasset

 Dans ce roman à la fois surréaliste et si près de la vie, des hommes et de leurs vrais sentiments, Sorj Chalendon nous raconte l’histoire d’une petite communauté d’hommes et de femmes, vivant dans un village de Mayenne, et qui vont se relayer pour faire vivre l’âme d’un couple disparu, pour éviter qu’elle ne soit détournée par la lampe du grenier. Ils s’efforcent de tenir leur « promesse », et à travers leurs visites dans la maison, on revit des histoires d’amour et d’amitié dans un style très intimiste, en pénétrant au coeur des sentiments et du vécu de chacun. Autour de cette solidarité pour repousser les limites de la mort se tissent des relations et des histoires empreintes d’émotion. Chalendon écrit simple, juste, pour nous emmener au plus profond de l’âme de ces êtres à la fois simples et riches. Un très beau livre. Jean-Claude T.

La légende de nos pères

Sorj Chalendon – Grasset

 Le dernier roman de Sorj Chalendon n’est pas sans rappeler Mon traître, non seulement par son style précis, épuré et incisif, mais surtout par des thèmes qui semblent lui être chers : les combats de résistants, l’admiration des anciens, mais aussi le mensonge et les déceptions qu’il engendre… Le narrateur est un écrivain biographe au service de ceux qui veulent se raconter dans un livre. Il vient de perdre son père, un ancien résistant avec qui il n’a pas assez parlé. Il va essayer de sortir de sa frustration en s’entretenant avec un autre soldat de l’ombre, dont la fille souhaite que la vie soit racontée dans un livre. Au cours des entretiens, Marcel essaye, parfois même brutalement, d’extorquer les souvenirs de cet ancien résistant : on discerne bien entendu en filigrane l’image de son propre père, qu’i l semble harceler comme pour arriver à en percer les glorieux secrets et guérir sa propre souffrance. Jean-Claude T.

Mon traître

Sorj Chalendon – Grasset

 Sorj Chalendon, journaliste à Libé, a reçu le prix Albert Londres pour ses reportages sur l’Irlande. Pas étonnant que ce spécialiste des combats républicains irlandais nous emmène dans une saga dont on devine aisément l’identité du narrateur derrière le masque d’Antoine, luthier parisien. Antoine va se plonger totalement au fil de ses rencontres en Irlande dans le monde des opposants de l’IRA, où au gré de ses allers-et-retours à Belfast, il va découvrir des amitiés fortes, et surtout celle de Meehan… Un roman qui nous plonge totalement dans l’univers des combattants de l’IRA, mais qui au-delà de son intérêt historique, nous entraine dans une réflexion forte sur les relations humaines : l’amour ou l’amitié peuvent-ils résister à la trahison ? Meehan, son héros, qu’il aime comme un père, est en fait une taupe de l’armée britannique qui durant 20 ans a infiltré l’IRA et trompé ses meilleurs amis… Inspiré de l’histoire vraie de Denis Donaldson, ce leader de l’IRA en réalité espion britannique, « Mon traître » est avant tout une aventure humaine, écrite avec beaucoup de chaleur, de sensibilité, et avec tout le réalisme dont Chalendon est capable vu sa parfaite connaissance de ce monde particulier dont il s’est réellement imprégné. Jean-Claude T.