Notes de lecture par auteurs

Peste et choléra

Patrick Deville - Le Seuil
Prix Femina 2012

 Patrick Deville n'a pas son pareil pour nous faire découvrir de grandes figures reflétant leur époque, injustement oubliés : Henri Mouhot, découvreur des temples d'Angkor dans "Kampuchéa", ici Alexandre Yersin, Suisse naturalisé Français, fils de médecin, disciple de Pasteur qui souhaite lui confier des missions à l'Institut, lui grand admirateur de Livingstone ne rêve que d'exploration et de grands espaces, de liberté.
Touche à tout, insatiable, inconstant, il part en Asie, au Viêt Nam, aux Philippines, sera médecin, ethnologue, astronome, cartographe, horticulteur, chercheur à ses moments perdus, planteur d'hévéa, producteur de quinine. Inventeur du vaccin contre la peste qu'il ne fera jamais breveter. Lassé et dépité par les rivalités entre savants et nations, les manigances politiciennes dont il se tiendra toujours à l'écart, les tentatives de récupération de sa notoriété d'alors à des fins de propagande, il ne séjournera plus que rarement à Paris, préférant se réfugier à l'abri dans sa longue retraite au Viêt Nam, échappant à la folie des deux guerres, épargné par les accidents bactériologiques qui ont décimé nombre de chercheurs. L'auteur, comme à son habitude, ne se confine pas uniquement au personnage , mais à toute une époque, à tous ceux qui l'ont marquée : Pasteur et sa bande, Koch et la sienne, Rimbaud, Mayrena, Doumer, Roux et Calmette, ses associés.
Solitaire, homme de raison et pourtant passionné et dilettante, il finit riche, mais aujourd'hui inconnu, s'enflamme pour une dernière passion : traducteur des Grecs anciens.
Passionnant et instructif. 
Michèle K.