Notes de lecture par auteurs

Les fidélités successives

Nicolas d'Estienne d'Orves - Albin Michel

Les Fidélités successives est un roman à la fois passionnant pour l'histoire qu'il raconte, et prenant pour les ambiances qu'il peint : la sociologie du Paris occupé par les Allemands et la psychologie du  jeune héros qui s'y meut, avec leurs croyances, leurs excès, leurs compromissions, leurs contradictions, leurs amours et leurs  fidélités, tous « successifs ».700 pages pour balayer seulement deux ou trois années : de la belle ouvrage !
C'est, comme le dit l'auteur dans une interview,  « l'Occupation dépeinte à hauteur d'homme, juste pour aider à comprendre et sans jugement ». Avec une richesse de personnages historiques que l'auteur a manifestement étudiés de très près .
D'un côté, le roman  pousse continuellement le lecteur à la réflexion, sur le bien et le mal,  l'amour et la haine, le hasard et le choix.
De l'autre, et en même temps, il se laisse dévorer tout du long, comme le roman policier qu'il finit par devenir, avec ses rebondissements à la limite de la crédibilité. Une limite que, malheureusement, l'auteur franchit  au moment de la chute terminale, à la toute dernière page, en nous faisant revivre  la parabole d'Emmaüs, 
Un vrai roman, ambitieux.. peut-être à l'excès ? Pas seulement par la longueur du texte, mais aussi par le vrai sens du roman, je rapprocherai ce livre de La vérité... de Joël Dicker, un autre jeune romancier de talent que nous révèle cette année littéraire. Mais –  est-ce un signe du temps ? – Dommage que ces romans ne soient pas plus gais ! Charles D.