Notes de lecture des biographies, récits ou essais

Le sanglot de l'homme noir

Alain Mabanckou Fayard - 

 Le romancier Alain Mabanckou nous propose un essai iconoclaste dans lequel il utilise pour construire son argumentation la littérature, la philosophie, l'histoire, la sociologie ainsi que quelques anecdotes - parfois cocasses - de sa vie d'écrivain et d'homme Noir.
Le livre commence par une lettre adressée à son fils Boris dans laquelle il l'exhorte à ne pas sombrer dans l'accusation-condamnation à sens-unique de l'homme Blanc que certains rendent responsables de tous les malheurs de la condition des Noirs et de tous les maux du continent africain ; l'essai s'achève par une autre lettre - en annexe -, celle de Yaguine et Fodé - les deux adolescents retrouvés morts dans le train d'atterrissage d'un avion à l'aéroport de Bruxelles en 1999 - qui demandent désespérément, au prix et sacrifice de leurs vies, de l'aide aux « responsables de l'Europe » pour sauver l'Afrique qui se meurt.

Le Sanglot de l'Homme Noir nous invite à prendre nos responsabilités, Noirs et Blancs.
Alain Mabanckou revient sur une réalité historique et politique, tout en prenant du recul avec pragmatisme, quitte à nous faire grincer des dents. Il ne renie pas les monstruosités commises lors de la Traite des Noirs, ni celles perpétrées pendant la période coloniale et postcoloniale, mais il met aussi les Africains « sur le banc des accusés » aux côtés des Blancs, en rappelant entre autres que des chefs Noirs ont aussi vendu leurs frères pendant les horreurs du commerce triangulaire et qu'après les indépendances, dans les années soixante, les africains n'ont pas su profiter de cet élan de liberté pour trouver leur propre modus vivendi, ils se sont fait à nouveau avaler par des ogres avides de pouvoir et de sang tels que Bokassa, Mobutu ou Amin Dada - pour ne citer qu'eux -.
Mabanckou revient aussi sur le débat houleux qui concerne la langue française, celle du colonisateur et du colon pour certains intellectuels africains...
...Nous partageons - avec quelques nuances - la réflexion qu'Alain Mabanckou propose dans son essai, mais précisons qu'il l'exprime, ou peut se permettre de l'exprimer, après avoir effectué un parcours intellectuel qui n'est pas à la portée de tout le monde et certainement pas de ceux à qui l'on n'a jamais permis de relever la tête pour des raisons historiques, politiques ou sociales.
Quoiqu'il en soit, Le Sanglot de l'Homme Noir a gagné son pari, celui de nous indigner, de nous faire réagir et c'est cela même qui permet de faire avancer le débat. Et puis lire du Mabanckou ça reste toujours un grand plaisir... Frédéric A.A.

A lire : l'intégralité de cet article sur le blog de Frédéric : http://faranzuequearrieta.skyrock.com/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Additional information