Cet espace est réservé aux articles d'actualité autour du livre, des auteurs et des évènements littéraires. Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent y participer...


Liste des articles publiés

- Voltaire au hit-parade !
- Trinh Xuan Thuan, apporteur de lumière...

- Maurice Pergnier : Du sémantique au poétique
- Montaigne, l'homme libre
- A lire ou relire absolument : Fernando Pessoa
- L'art de Philippe Claudel
- Boris Vian au Panthéon des écrivains

- Rencontre avec Bruno Tessarech


A lire ou relire absolument : Fernando Pessoa

Il est de ces auteurs atypiques devenus incontournables, dont l'œuvre est impressionnante autant par le volume que par la profondeur. On aime ou on n'aime pas Fernando PESSOA, ce portugais masqué, caché derrière plus d’une cinquantaine d'identités (des hétéronymes, disait-il), chantre de l'inexistence, mais il faut lui reconnaître un talent exceptionnel de chirurgien de l'âme humaine. On se perd avec vertige dans ses promenades au plus profond de l'individu.

On se prend à s'exclamer "c'est génial" à toutes les lignes, et pourtant, quel pessimisme !
PESSOA (mort en 1935) a passé sa vie d’employé de bureau à traîner son « inexistence » dans un espace restreint, ne quittant jamais son quartier de Lisbonne ; introverti, anxieux, il se révèle un poète et auteur de génie mais qui n’arrivera à publier qu’un seul livre. Il entassera tous ses écrits dans une malle d’où l’on ressortira plus de 27 000 manuscrits, signés d’une multitude d’auteurs derrière lesquels il se cachait. Les échecs de sa vie sociale se subliment en apologies du seul repli sur son monde intérieur, et le conduisent à une exploration de l’âme, laissant de côté tout ce qui encombre de la vie et qui n’a finalement aucune importance, c'est-à-dire tout le reste.

Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands auteurs portugais. « Le livre de l’intranquillité » a été republié en édition intégrale : un chef-d’œuvre sur lequel il a travaillé plus de 20 ans, qui rassemble une grande quantité de textes, certains très courts, d’autres plus longs, sur tout et rien (surtout sur tout…), et qui constitue une sorte de carnet de bord de sa vie où l’on peut aller puiser quantité de réflexions aussi bien sur la pluie que sur les problèmes métaphysiques les plus angoissants. Curieusement, malgré la noirceur qui tient lieu de toile de fond à un désespoir chronique, on est enthousiasmé par sa qualité d’écriture et la profondeur de ses réflexions. Le chef-d’œuvre d’un iconoclaste promenant le lecteur dans une forêt de paradoxes : le plus sûr moyen de prendre un recul total sur toutes les idées reçues. Jean-Claude T.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir